Services juridiques au Québec

Lors de votre appel à la ligne 1877 MES DROITS, si vous tombez sur la boite vocale, n'hésitez pas à contacter directement nos avocats en mentionnant Le Groupe Juridique.

Visitez notre page Facebook pour être au courant de nos chroniques et capsules !

NEUF CONSTATS REMIS PAR LE MÊME POLICIER

12/08/2009 20:00

Un travailleur de Lévis affirme être victime de harcèlement après avoir reçu en quelques mois au moins neuf constats d’infraction au montant total de 1 376 $ toujours de la part du même policier. Michel Lavoie dit subir du harcèlement de la part d’un policier qui

NEUF CONSTATS REMIS PAR LE MÊME POLICIER

« Je n’ai jamais vu ça »

JEAN- FRANÇOIS RACINE
Le Journal de Québec

Un travailleur de Lévis affirme être victime de harcèlement après avoir reçu en quelques mois au moins neuf constats d’infraction au montant total de 1 376 $ toujours de la part du même policier.


Michel Lavoie dit subir du harcèlement de la part d’un policier qui lui a remis neuf constats en quelques mois.

Originaire de l’Abitibi, Michel Lavoie occupe un boulot de monteur d’acier à la Davie depuis environ un an. Sa feuille de route judiciaire est vierge et les tribunaux québécois lui sont inconnus.

En décembre 2008, à Lévis, il écope une première contravention de 154 $ pour un système d’échappement non conforme sur son automobile achetée plusieurs années auparavant.

Confiant d’obtenir gain de cause, le conducteur de 25 ans décide de contester le constat d’infraction. « J’ai été acquitté et j’ai gardé le jugement dans mon coffre à gants au cas où j’en aurais besoin. »

En six mois

Malgré le verdict d’acquittement, le même policier lui donne une autre contravention pour la même raison en juin 2009.

Un mois plus tard, en juillet dernier, le même policier l’intercepte de nouveau dans son secteur résidentiel. Il reçoit à ce moment quatre autres constats. Au total, sa collection actuelle se compose maintenant de neuf constats au montant total de 1 376 $, tous rédigés par le même agent en un peu plus de six mois.

Quatre constats pour le tuyau d’échappement, deux pour la teinte des vitres latérales avant, deux pour un autocollant sur le pare-brise et un pour avoir injurié le policier. Jusqu’à présent, il n’a rien payé.

Au cours de ses démarches pour obtenir de l’aide, la police lui aurait suggéré de déposer une plainte en déontologie.

« J’ai acheté mon char neuf d’un concessionnaire en 2002. Une Mazda Protegé 5 jaune. Je n’ai rien modifié. Ça faisait six ans que je l’avais lors du premier ticket », assure-t-il.

Obligé d’aller en cour

« Je n’ai jamais vu ça. J’ai peur de rentrer du travail. Je me demande s’il ne va pas m’attendre au coin de la rue. Je n’ai jamais passé en cour de ma vie, mais là, je vais être obligé d’y retourner huit fois. » Selon son récit, il n’a pas cherché à provoquer le policier.

Sur deux forums populaires, plusieurs passionnés de tuning discutent ouvertement du policier en question.

« Nous avons déjà eu des clients avec des histoires semblables. La seule façon d’avoir la paix est de se rendre à la SAAQ pour obtenir un certificat de conformité délivré à la suite d’un examen complet » , dit Carl Hamel, de l’entreprise Québec-Ticket.