Services juridiques au Québec

Nouvelle page Facebook pour réponse plus rapide!

Visitez notre page Facebook "Le Groupe Juridique", des avocats sont présentement en ligne pour vous répondre plus rapidement via message privé! De plus, vous pouvez nous transmettre un message texte au 514-839-6014 et un de nos avocats communiquera avec vous. Lors de votre appel à la ligne 1877 MES DROITS, si vous tombez sur la boite vocale, n'hésitez pas à contacter directement nos avocats en mentionnant Le Groupe Juridique.

Juste pour rire accuse Québecor de «tactiques déloyales»

15/01/2018 17:20

L'injonction demandée la semaine dernière par Québecor Média visait «à dessein» à créer de l'incertitude et des délais «susceptibles de faire avorter» la vente du Groupe Juste pour rire, estime cette dernière dans sa réplique déposée en cour ce lundi.

L'injonction demandée la semaine dernière par Québecor Média visait «à dessein» à créer de l'incertitude et des délais «susceptibles de faire avorter» la vente du Groupe Juste pour rire, estime cette dernière dans sa réplique déposée en cour ce lundi.

L'ex-entreprise fondée par Gilbert Rozon, qui tente de trouver preneur depuis octobre 2017, accuse Québecor de vouloir «faire échec au processus de mise en vente». Pire, «par des tactiques déloyales et anticoncurrentielles», on juge que cette injonctionvise à faire perdre de la valeur à Juste pour rire afin de l'«acheter au rabais par la suite».

Il s'agit, plaide-t-on, du «dernier chapitre» des actions de Québecor pour faire baisser la valeur de Groupe JPR. Le 18 octobre 2017, les négociations de renouvellement des ententes de diffusion et de commandite la liant à TVA et Vidéotron, tous deux propriétés de Québecor, ont été «abruptement» abandonnées. On a exigé le «paiement immédiat des comptes à recevoir de GPJR de manière à réduire ses liquidités et, à terme, sa capacité à poursuivre ses activités», peut-on lire.  Enfin, on a envoyé une mise en demeure le 8 décembre dernier visant à empêcher la sollicitation d'offres par des acheteurs potentiels.

On demande à la cour d'abréger les délais et de procéder le plus rapidement possible à l'audition de la demande d'injonction déposée par Québecor. Sur le fond, on estime que les droits que tente de faire reconnaître Québecor «n'existent tout simplement pas».